Riverside – Wasteland (2018) – ★★★★

(Version française sous le texte anglais)

riverside-cover-2018[1]How do you recover from the loss of your best friend, who happens to be the guitarist of your band? You take a step back, you cry, you seek help from friends or your family or professionals, in short, you take your time.

That’s probably what Riverside members did – especially Mariusz Duda. They did not release an album of new compositions since the death of Piotr Grudziński on February 21, 2016. Of course, there was the Eye of the Soundscape album released in the meantime, but this one was about to be completed when the guitarist died suddenly 2½ years ago… And since, the quartet has become a trio (which will be increased in show). So they took the time to conceive an album that is not just a tribute to their lost friend but a real good album.

I was hooked from the start and, like the 17 year old teenager I once was, I listened to it several times for a week. In my opinion this is one of the best Riverside album, if not the best. Nothing less!

We find everything that makes Riverside: a heavy but intelligent rock, lots of rhythm and time signature changes, a succession of very soft moments followed by dense segments, but above all, an abundance of different atmospheres that makes you listen with attention until the last note has been played.

The album opens with Duda’s “celestial” voice on The Day After. The title says it all… Then, slowly, a threatening roar is felt followed by a violin just as threatening. We feel that something will happen and we will not be served a funeral pastoral music… As the voice slowly disappears in the clouds, everything stops dead. Radical change. A guitar riff, the type typically Riverside rolls in. Then everything speeds up to blend into the second song, Acid Rain, with its Gilmour influenced solo. Excellent start!

The third cut, Vale of Tears, which was the first single we heard from the album a few weeks ago and which – I have to admit – left me skeptical then, turns out to be very effective! A succession of rock moments – almost heavy metal – combined with good melodic pop. Military/marching band drums with interesting and great guitars solos complete the whole thing. If you have not been disappointed with Anno Domini’s Egoist Hedonist, with its almost disco feel, you’ll love Vale of Tears! There is even a bit of Rush in there!

What I love about Riverside is the incredible dynamics of its musicians and the variety of atmospheres they create. From one song to another, we are always surprised by the many influences they unveil without being blatant plagiarism. Above all, they are not content with a well-defined style, which is often the case for many bands that stick to what fans expect, but finish-up being redundant and dull.

Thus, Gardian Angel begins with the sound of an almost Baroque guitar before Duda serenades us. A simple piece filled with emotion. Because of the smooth opening of the next track, Lament, one would think it will be the same as the one before but this is not the case. Yes, it starts soft but a minute after, we will be attacked by a violent guitar, we will be moved to the sound of a sweet violin and we will be seized by an almost symphonic section, and then, at the very end, an Arabian violin finale will conclude it all. Dynamic I said? Full!

The mesmerizing The Struggle for Survival follows with its debauchery of syncopated rhythm, different moods (reminiscent of Rush again) and with a touch of Morricone at the very end! Excellent instrumental piece.

With River Down Below, we’re back in the 16th century when the minstrels inhabited the land! Then Wasteland brings us back to The Wall or Jethro Tull with Gilmour on guitar!

The album ends with the sensitive piano driven The Night Before. A last goodbye to a friend, I guess. Sad but beautiful. And it makes you want to listen to the whole album again.

A masterful and diversified tour de force but never outplaying. Just beautiful. Probably the best album I bought this year.

It should be noted that a few guest musicians played on the album but it was mainly Duda who played the guitars. This multi-instrumentalist has many talents Indeed!

———————————–

Comment te remets-tu de la perte de ton meilleur ami, qui se trouve être le guitariste de ta formation? Tu prends un temps de recul, tu pleures, tu vas chercher de l’aide auprès d’amis de ta famille ou de professionnels, bref, tu prends ton temps.

C’est probablement ce qu’on fait les membres de Riverside – et particulièrement Mariusz Duda – qui ne nous ont pas offert un album de nouvelles compositions depuis la mort de Piotr Grudziński le 21 février 2016. Bien sûr, il y a eu l’album Eye of the Soundscape qui est paru dans l’intervalle, mais celui-ci était sur le point d’être complété lorsque le guitariste est mort subitement.

2½ ans ont donc passé… Et d’un quatuor, Riverside est devenu un trio (qui sera augmenté en spectacle). Ils ont donc pris le temps de concocter un album qui ne se veut pas simplement un hommage post mortem mais bel et bien un album qui se tient.

Je fus séduit dès la première écoute et, comme l’adolescent de 17 ans que je fus, je l’ai écouté en boucle pendant une semaine. C’est à mon avis un des meilleurs albums de Riverside, sinon le meilleur. Rien de moins!

On retrouve tout ce qui fait Riverside : un rock lourd mais intelligent, des variations de rythmes et de signatures, une succession de moments intimistes suivis de moments forts denses, mais surtout, une abondance d’ambiances diverses qui fait qu’un album complet ne devient pas lassant.

L’album s’ouvre avec la voix « céleste » de Duda sur The Day After dont le titre dit tout… Puis, peu à peu, un grondement menaçant se fait sentir suivit d’un violon tout aussi menaçant. On sent qu’il se passera quelque chose et qu’on ne nous servira pas une musique pastorale funèbre… Alors que la voix disparait dans les nuages, tout s’arrête net. Changement radical. Un riff de guitare, comme nous en a habitués Riverside surgit. Et tout s’emballe! On est déjà à la deuxième pièce, Acid Rain qui est matinée de solos à la Gilmour. Excellent départ!

La troisième pièce, Vale of Tears, qui avait servie, il y a quelques semaines, d’introduction promotionnelle à l’album et qui m’avait laissé dubitatif alors, s’avère bigrement efficace! Une succession de moments rock – presque heavy metal – et de pop mélodieuse. Une batterie militaire et des solos de guitares forts intéressants et non plaqués complètent le tout. Si vous n’avez pas été déçu de la pièce Egoist Hedonist de l’album Anno Domini, avec ses accents presque disco, vous adorerez Vale of Tears! Il y a même du Rush là-dedans!

Ce que j’adore de Riverside, c’est la dynamique incroyable de ses musiciens et la diversité des ambiances qu’ils créent. D’une pièce à l’autre, on est toujours surpris des nombreuses influences qu’ils dévoilent sans que ce soit du plagiat. Surtout, ils ne se contentent pas d’un style bien défini, ce qui est souvent le cas de bien des formations qui s’en tiennent à ce que les fans s’attendent mais qui, en bout de ligne, assomment par la linéarité de leurs albums.

Ainsi, Gardian Angel débute au son d’une guitare presque baroque avant que Duda nous sérénade. Une pièce simple emplie d’émotion. En raison de l’ouverture tout en douceur de  Lament qui suit, on croirait que ça se poursuivra sous le même thème. Ce n’est pas le cas. Oui, c’est doux mais on nous stupéfiera d’une guitare violente, on nous attendrira au son d’un violon harmonieux et on nous élèvera avec une section presque symphonique, puis, à la toute fin, une finale de violon arabisant conclura le tout. Dynamique disais-je? À plein!

L’hypnotisante The Struggle for Survival suit et nous voilà repartis pour une débauche de rythme syncopés, d’ambiances divergentes qui rappellera encore Rush par moment alors qu’à la toute fin on croirait entendre du Morricone! Excellente pièce instrumentale.

Avec River Down Below, nous voilà de retour au 16ième siècle lorsque les ménestrels peuplaient la terre! Puis Wasteland nous renvoie à The Wall ou Jethro Tull auquel se serait joint Gilmour!

L’album se clôt sur la sensible The Night Before au piano. Un dernier au revoir à un ami partit, j’imagine. Triste mais beau. Et ça donne envie de réécouter l’album en entier.

Un tour de force magistral et diversifié mais jamais cassant. Juste sublime. Probablement le meilleur album que j’ai acheté cette année.

Il est à noter que Riverside s’est adjoint quelques musiciens invités mais que dans l’ensemble, c’est Duda qui a fait les guitares. Ce multi-instrumentiste a du talent à revendre!

Advertisements

EXISTENCE: PROG, ROCK, ART-ROCK, SOFT-ROCK, CONCEPT-ROCK?

origins-cover-500

(Une version française suit le texte anglais)

I believe I told this story a million times but it does say a lot about Existence…

I think we had just released the first album and I was interviewed on the radio CKIA in Québec City. The host asked me what progressive bands had influenced my writing. After a few seconds of hesitation I answered with what songs had influenced me the most: Equinoxe from Plume Latraverse, April from Deep Purple and Epitaph from King Crimson. He was a little surprised but then said “So you like King Crimson? Is this your main influence in prog?”

The truth is I had no clue what prog was… I had never heard the terms “progressive rock” or “prog” before! I just liked long songs with different themes in them. I could have also told him about The City from Triumph, Crime of The Century from Supertramp, A Day In The Life from The Beatles, Killing Yourself To Live from Black Sabbath and a bunch of others like these. I like a lot of stuff and it doesn’t make any difference what style it is.

At the beginning, we still had to coin a genre for Existence so I said it was concept-rock. But it doesn’t say much, right…? I also liked the description of one journalist who after seeing us live wrote it was like “a movie without the pictures!” I liked that! But again, it says nothing about the style of music we play.

Since the release of Origins, we received reviews saying the album is not prog. I don’t know from that if the album is good or not but I know it’s not prog. Well… I knew that. In fact, I always thought Existence was “somewhat” prog but surely rock.

And the funny part? It’s actually the media that said we were prog! And then when we released Small People in 1999, we were tagged as “definitely prog!” The album received rave reviews from more than 30 prog publications in the world! In reality, if you listen to that album there’s only 2 songs which are really prog: In The Kingdom Of Madness and Another Fine Day Of… The rest of the album is rock, period. The truth is, people were mesmerized by the concept of the album with its 56-page magazine and this led them to think Existence was prog!

Origins is no different than Small People. Some long pieces with shorter rock songs. We even find the same album ending with a kind of funky-folky song!

So now, I’m at lost… Existence is not prog for the fans of prog, which is fine. But it’s too prog – or the songs are too long – for the fans of rock. What are we then? Can we say it’s just music?

We just hope you like it, of course!

 

J’ai dû raconter cette histoire des millions de fois mais ça en dit long concernant Existence…

Je crois que nous venions de sortir notre premier album et je donnais une entrevue à la radio CKIA de Québec. L’animateur m’a demandé quels groupes progressifs m’avaient influencé. Après quelques secondes d’hésitation, je lui ai balancé trois pièces qui avaient le plus influencé mon style de compositions : Équinoxe de Plume Latraverse, April de Deep Purple et Epitaph de King Crimson. Il en fut un peu bouche bée mais finit par me répondre : « Alors, vous aimez King Crimson? Est-ce votre influence principale dans le monde du prog? »

En réalité, je n’avais aucune idée ce qu’était du prog… Je n’avais jamais entendu les mots « rock progressif » ou « prog » auparavant! J’aimais simplement ces longues pièces qui comportaient différentes variations de thèmes. J’aurais pu aussi lui parler de The City de Triumph, Crime of The Century de Supertramp, A Day In The Life des Beatles, Killing Yourself To Live de Black Sabbath et une multitude d’autres pièces de ce type. J’aime bien des choses et le style n’a aucune espèce d’importance.

Au début, nous devions tout de même définir le style de musique d’Existence alors je disais que nous faisions du rock concept. Mais ça ne dit pas grand-chose, n’est-ce pas…? J’aimais aussi comment un journaliste avait décrit notre spectacle : « un film sans les images! » J’adorais ça! Mais encore une fois, ça n’en dit pas long sur notre style de musique.

Depuis la sortie d’Origins, on a reçu des critiques qui disent que cet album n’est pas prog. Ça ne me dit pas si l’album est bon ou pas mais ça m’indique que ce n’est pas prog. Eh bien… je le savais déjà! Pour dire juste, j’ai toujours cru qu’Existence a quelque chose de prog mais est définitivement rock.

Et le plus drôle dans tout ça? Ce sont les médias qui ont dit que nous étions prog! Et lorsque nous avons lancé Small People en 1999, on nous a acclamés dans la confrérie prog! L’album a reçu des éloges de plus de 30 publications prog dans le monde! Pourtant, si vous écoutez cet album, il ne comporte que deux pièces réellement prog : In The Kingdom Of Madness et Another Fine Day Of… Les autres pièces de l’album sont rock, point. La réalité est que les gens furent subjugués par le concept de l’album avec son magazine de 56 pages et cela les a tout naturellement conduits à croire qu’Existence fait du prog!

Origins n’est pas différent de Small People. Quelques longues pièces avec de courtes pièces rock. On a même une fin d’album similaire avec une pièce pseudo-funk-folk!

Alors, là, je suis vraiment perdu… Existence n’est pas prog pour les fans du prog, ce qui me convient. Mais c’est trop prog – ou les pièces sont trop longues – pour les fans de rock. Que sommes-nous alors? Peut-on simplement dire que c’est de la musique?

En espérant que vous l’aimiez, bien sûr!

ORIGINS : The Last Battle

(Une version française suit le texte anglais)

I woke up one summer morning in 1991 and noticed my parents had left to do some shopping. I often took advantage of these moments when I was alone at home to sit at the piano and write. But this one morning, I am not sure why, I didn’t lose a minute, I sat down at the piano, opened the cover, put a mic in (which was always hooked to my tape recorder) and started playing nonstop.

The notes were flowing easily and my tonality changes interconnected with each-other as if they had been written in advance. 45 minutes later I heard the familiar “click” sound when the 90-minute tape reached its end. I turned it and played for another 10 minutes or so. When I listened to the recording a few days later, I was amazed how much I had played like never before, improvising in an unusual way for me.

One year later, Éric Pilon, François Labelle, Serge Delisle and I were putting the final touch on what would become Existence. But we knew we needed at least one more song to “wrap-up” the story before we hit the stage the following October.

I asked them to sit down and listen to my “infamous” recording of the previous year. Their first reaction was one of near panic but Éric and I proceeded to “cut” the best sections to try build one coherent piece. He started writing the different chords changes he was hearing and, bits by bits, we were able to build a song which lasted more than 17 minutes. According to my diary of the time, we needed 29 working sessions to achieve this result…

The Last Battle had come to life!

This piece which became a fan favorite over the years, and most certainly the highlight of our performances, was played at each concert afterward. Our fans were asking for a recording of this song for years. Only a live version recorded in 1999 was made available until now. I was even told that some fans used this song as the sound track of their own personal videos!

So… After all these years, here is the definitive version. And for the first time ever, you can hear the last section of the song which was always left off when played live, except the first time it was played but then… only 5 or 6 people had heard it at this show! Even my own colleagues didn’t even remember it existed!

The video, hastily mounted, presents pictures of the recording of the album Origins in 2016.

We can really say that the page has been turned. I hope you like it!

VISIT OUR STORE TO BUY ORIGINS: http://www.blackpearl.ca/Store_-_Existence.htm

Je me suis réveillé un matin d’été 1991 et j’étais seul à la maison, mes parents étant sorti pour faire des courses. Je profitais souvent de ces moments pour composer sans déranger personne mais ce matin-là, je ne sais trop pourquoi, je me suis assis dès mon réveil au piano du salon. J’ai ouvert le couvercle, y ai placé un micro (branché en permanence sur mon lecteur/enregistreur à cassettes) et me mis à jouer sans arrêt.

Les notes coulaient facilement et mes changements de tonalités s’enchainaient comme si tout avait été pensé d’avance. Au bout de 45 minutes, le lecteur fit « clic » m’indiquant que la cassette était arrivée à la fin du ruban. Je la retournai et continuai à jouer pendant une autre dizaine de minutes. Quelques jours plus tard, j’écoutai le résultat et je fus envoûté. J’étais totalement sortit de mes habitudes d’improvisations usuelles.

À l’été 1992, Éric Pilon, François Labelle, Serge Delisle et moi-même terminions les arrangements d’Existence en vue des premiers spectacles qui devaient débuter au mois d’octobre suivant. Nous savions qu’il nous manquait au moins une pièce qui bouclerait mon histoire, une espèce de récapitulation.

Je fis entendre ma fameuse cassette enregistrée d’un trait l’année précédente. Ils furent d’abord un peu apeuré mais Éric et moi nous somme mis à la tâche de « découper » les meilleurs segments afin d’en faire un tout cohérent. Il se mit à écrire tous les accords qu’ils entendaient et, petit à petit, avons réussi à monter une pièce qui se développait sur plus de 17 minutes. Selon mon journal de l’époque, 29 sessions de travail furent requises pour arriver au résultat voulu…

The Last Battle était née!

Cette pièce qui est devenue une des favorites de nos fans au cours des années et certainement le paroxysme de nos spectacles, fut au répertoire de toutes les prestations d’Existence. Nos fans en réclamaient une version enregistrée depuis des lustres. Seule une version en spectacle enregistrée en 1999 avaient été mis en ligne jusqu’à ce jour. On m’a dit que cette version live avait même été utilisée comme trame de fond de certaines vidéos personnelles de nos fans!

Donc, après toutes ces années, voici la version définitive. Et, pour la première fois, vous pouvez entendre la dernière section de la pièce (l’épilogue en quelque sorte), section qui n’a jamais été jouée en spectacle auparavant, sauf la toute première fois devant 5 ou 6 personnes! Même mes collaborateurs ne se rappelaient même pas que cette section existait!

La vidéo, rapidement montée, présente des photos prises lors de l’enregistrement de l’album Origins en 2016.

Je crois qu’on peut réellement dire qu’une page a été tournée… J’espère que vous aimez!

VISITEZ NOTRE BOUTIQUE POUR VOUS PROCURER ORIGINS: http://www.blackpearl.ca/Store_-_Existence.htm

ORIGINS : Summer news / Nouvelles d’été!

origins-cover

(Une version française suit le texte anglais)

Some news about the Origins album! The mix was finished on June 18th but as a good practice, I left it on the side to “clear my ears” for a while before finalizing it. I will go back at it next week. It will be finished within a week or two and then will go to the mastering process.

I did take a 10-day break to visit Barcelona and parts of Catalonia with my loved one and we attended the Be Prog My Friend festival where we saw Anathema and Jethro Tull among others. It was great to see bands outside Canada! And it was great to take a break after almost a year of none-stop working!

This small trip aside, I was back at work on the artwork for the booklet and I’m happy to say it’s almost finished. Only credits and thank you notes have to be added. Below are some excerpts from it.

WIN AN ALBUM CONTEST

Last week we posted a new advertising for the album. And a summer contest! Each of you who share this video on Facebook gets an entry to win the Origins album, each Saturday until September 1st. Simple, isn’t it? One entry per week but you can share as much as you want! 🙂

I can’t wait to have this project finished and in your hands. And then get your comments! I do fear this last part but… hey! That’s part of our art world!

Have a great summer!

 

Quelques nouvelles concernant l’album Origins! Le mix a été complété le 18 juin mais, comme c’est la norme, j’ai laissé le tout de côté pour « reposer mes oreilles » avant de finaliser le tout. Je réviserai le tout la semaine prochaine. Ce sera complété en une ou deux semaines puis l’album ira au mastering.

J’ai pris un congé de 10 jours pour visiter Barcelone et quelques endroits en Catalogne avec mon amoureuse où nous avons assisté aux spectacles de Aanthema et Jethro Tull (entres autres) au festival Be Prog My Friend. C’était bien de voir ces groupes à l’extérieur du Canada! Et ce congé était bienvenu après 1 an de travail constant!

Ce petit voyage mis à part, j’étais de retour au travail de création du livret et je suis heureux de dire qu’il est presque terminé. Seuls les informations et remerciements doivent être ajoutés. Vous pouvez en voir quelques extraits ci-dessus.

CONCOURS GAGNEZ UN ALBUM

La semaine dernière nous avons mis en ligne une nouvelle publicité pour l’album. Et un concours d’été! Chacun d’entre vous qui partagez cette vidéo sur Facebook obtenez une participation pour gagner l’album Origins chaque samedi jusqu’au premier septembre! Simple, n’est-ce pas? Une seule participation par semaine mais vous pouvez le partagez autant de fois que vous le désirez! 🙂

J’ai très hâte de terminer ce projet afin que vous l’ayez enfin entre les mains. Et recevoir vos commentaires par la suite! J’appréhende ces derniers mais… hé! Ça fait partie de notre monde des arts!

Je vous souhaite un bel été!

The ORIGINS journey; One year ago / L’aventure ORIGINS; il y a un an

(Une version française suit le texte anglais)

On March 11, 2016, Gérard Lévèque started recording his drum tracks for the album. He played the whole 90-minute thing in about 30 hours. When we scheduled the recording sessions back in December 2015, his only request was that we didn’t do it in the middle of winter. We were hoping there would be no snow left on the ground so we could move the equipment easily. What a contrast with this 2017 March weather!

I say we started one year ago, but in realty work had started way back in 2012 when I called my friends to tell them I wanted to record a new Existence album. After I sent them some basic piano tracks we met once in November 2013 for a first try-out session. After that, things moved veeeeery slooooowly… but Gérard and I kept at it, working separately in our homes, throwing ideas back & forth until the fall of 2015 when I said “Enough! Let’s do it!”

Here we are now. I just finished mixing a 7th song. Half of the double-album is done which are the songs from Fragile Whisperings Of Innocence. Re-recorded, rearranged, set afresh.

Next week I start mixing the second part, Silent Screams In Violence never released before. My goal is to finish it all before summer, send it to mastering and release it during summer (not very good…) or in September, just in time of the 25th anniversary of the first ever concert by Existence in October 1992!

The first song written for the project was Prisoner of Time way back in 1987. We can therefore say about Existence’s original concept: “30 years in the making!”

 

Le 11 mars 2016, Gérard Lévèque débutait l’enregistrement de ses pistes de batterie pour l’album. Il est passé au travers du projet de 90 minutes en environ 30 heures. Lorsqu’on discutait des dates pour les sessions, sa seule demande fut que celles-ci ne se fassent pas au beau milieu de l’hiver. On espérait que la neige ait fondu afin de ne pas entraver nos déplacements d’équipements. Quel contraste avec la météo de ce mars 2017!

Je dis qu’on a débuté il y a un an mais le travail avait réellement commencé aussi loin qu’en 2012 lorsque j’ai appelé mes amis pour leur annoncer que je voulais enregistrer un nouvel album d’Existence. Suite à mon envoi de pistes de base au piano, on s’est rencontré une fois pour un premier essai en novembre 2013. Les choses ont ensuite avancé trèèèèèèès lenteeeeeement… mais Gérard et moi avons continué le travail, chacun chez soi, en s’échangeant de multiples idées jusqu’à l’automne 2015 lorsque j’ai finalement dit : « Ça suffit! On le fait! »

Nous voilà donc un an plus tard. Je viens de terminer le mix de la 7ième pièce. La moitié de l’album double est ainsi complété, ce qui représente les pièces de Fragile Whisperings Of Innocence. Réenregistrées, réarrangées, repensées.

La semaine prochain, je débuterai le mix de la seconde partie, Silent Screams In Violence, jamais parue auparavant. Mon but est de tout terminer avant l’été, envoyer ça au mastering pour une sortie durant l’été (pas une bien bonne idée…) ou en septembre, juste à temps pour le 25ième anniversaire du premier concert d’Existence en octobre 1992!

Prisoner Of Time fut la première pièce de ce projet écrite en 1987. On peut donc affirmer que ce projet original d’Existence a mis « 30 ans à venir au monde! »

Origins: See you in 2017 / On se voit en 2017

origins-cover

(Une version française suit le texte anglais)

 

I first wanted to entitle this post « Sad day & delays. » But it’s a bit negative and it might have been misleading with the recent election in the USA… It would have been a great film title though.

So here’s the news:

I had to put a stop in the mixing process we started in September since it was not going the way I wanted. After mixing 5 songs – and currently working on a sixth one – I was not pleased with the overall sound.

I have been working with Jean-Guy Montpetit since 1998 but I have lost confidence in his approach and views for this project. Jean-Guy is a very talented and skilled sound engineer but I feel we are not on the same page anymore. Different tastes or references in regards with the music of this era? Difficult to say. Art is a very subjective thing. To work with people, one has to be at the exact same place with the other.

In short, we didn’t agree on how the project should sound.

Therefore, I decided to put an end to our long collaboration last Sunday. This means that I will rework the whole mix right from the start. And this will take time…

The initial schedule was for a release date somewhere in September. But delays in the recording process – all details in previous posts – pushed back the release date to October, then November, then… It is now impossible to release Origins in 2016 and I wouldn’t put out an album I am not 100% pleased with it.

Consequently, I will take time to rest and then start the mix in January.

One good thing is that it will coincide with the “birth” anniversary of the original Existence concept: 25 years after its unveiling to the public in 1992 and 30 years after the first song, Prisoner of Time, was written in… 1987!

Prisoner Of Time… Appropriate, isn’t it?

Thanks for supporting us. Rest assured, Origins is coming! And it will sound great!

 


 

Je voulais intituler cette publication « Jour triste et délais. » Mais cela fait un peu négatif et ça aurait pu être interprété comme une suite à l’élection récente aux États-Unis… Ç’aurait été un bon titre de film, par contre.

Voici donc la nouvelle :

J’ai dû mettre un terme au travail de mixage de l’album qui a débuté en Septembre puisque ça n’allait pas comme je le souhaitais. Nous avons mixé 5 chansons jusqu’à présent et nous travaillions sur une sixième pièce mais je n’étais pas heureux du son.

Je travaille avec Jean-Guy Montpetit depuis 1998 mais ma confiance dans son approche pour ce projet s’est étiolée au cours du processus. Jean-Guy est un ingénieur de son très talentueux et compétent mais il me semble évident que notre vision du projet diffère. Divergences dans nos références ou goûts en regard de la musique actuelle? Difficile à dire. L’art est une chose très subjective. Pour travailler avec d’autres personnes, il faut s’assurer d’être exactement au même endroit que l’autre.

Bref, on ne s’entendait plus sur le son que devrait avoir ce projet.

J’ai donc décidé de mettre un terme à notre longue collaboration dimanche dernier. Cela signifie que je reprends le travail du début. Et ça prendra du temps…

J’avais envisagé au départ que cet album serait lancé en septembre. Puis, en raison des délais lors de l’enregistrement – voir tous les détails dans mes précédentes publications – j’ai repoussé la sortie à octobre… puis novembre… puis… C’est maintenant impossible de lancer Origins en 2016 et je ne sortirais jamais un album que je n’aime pas à 100%.

Je prendrai donc un temps de repos et commencerai ce nouveau mix en janvier.

D’un autre côté plus positif, cela coïncidera avec l’anniversaire de « naissance » du concept original d’Existence : 25 ans suite au premier dévoilement public en 1992 et 30 ans après la composition de la première pièce Prisoner Of Time en… 1987!

Prisoner Of Time… Prisonnier du temps… Très approprié, n’est-ce pas?

Merci de nous supporter. Soyez assurés qu’Origins s’en vient! Et ça sera hyper bon!

Pause in Origins / Pause d’Origins

(Une version française suit le texte anglais)

fire-soul-1985

Alan Charles, Bruno Santerre, Stéphane Baron & Martin Grégoire (January 1985)

The year I was sacked form my own band!

When you are mixing an album, it’s important to stop and “clear your ears” at times. When you listen to the same song or parts of song for hours, it tends on driving you mad! You end up hating everything about it. Hence a needed pause.

In my case, I have to listen to something totally different, either Joe Dassin or Iron Maiden!

I stumbled upon a video of Iron Maiden playing Phantom of The Opera this morning and old memories came back about “the year I was sacked form my own band!”

I had just left my first band and a friend called me to form a new band. After a few weeks of trying out musicians, the band was “fixed” with these four guys: Stéphane Baron on guitar, Martin Grégoire on bass, Bruno Santerre (I think…) on drums and me on guitar and voice. And I did find a name: Fire Soul…

We started rehearsing in the drummer’s basement. The songs covered had shifted from the hard rock of my previous band to the more “in vogue” Heavy Metal of this year 1985. Songs from Motley Crue to Ozzy or Def Leppard, Nazareth (duh!) and… Iron Maiden. And that’s where the shit hit the fan! I just couldn’t keep up with the other good musicians in the band. In other words, I wasn’t skilled enough to play this kind of fast & furious guitar.

So, they sacked me or, to be more precise, asked me not to come back! They had found a replacement. Was I sad? Frankly, I don’t remember but I must have been. It was me who hired the drummer and bass player, and named the band. I was supposed to be the leader! LOL

(I don’t remember if the band lasted long after that but for the record, they had changed the name of the band and Martin Grégoire did play bass for my next band in 1989!)

I must have gone back home with my tail between my legs, ashamed, crushed even but I did spring back fast. I was already writing my own stuff and preparing to record my first demo. And after a year or so, I was the first one from the bunch to play real gigs in bars.

So, all in all, in might have been the right thing for me. It did teach me something: I would never be a guitar hero!

After more than 30 years, it’s funny to think that I played guitar, piano, bass, keyboards and sang on the upcoming Origins. The irony is also that I recorded many albums of my own compositions and played live for years! Not band from a reject! LOL

***

At 2 PM today, we’re resuming the Origins mix. It will be The Last Battle, the longest track on the album!

L’année où je me suis fait virer de mon propre groupe!

Lorsque vous faites le mix d’un album, il est important de faire des pauses afin de « nettoyer vos oreilles. » Lorsque vous écoutez la même chanson ou des parties d’une chanson pendant des heures, vous pouvez devenir dingue! Vous finissez par détester tout le truc. Par conséquent, une pause nécessaire.

Dans mon cas, je dois écouter quelque chose de totalement différent, soit Joe Dassin ou Iron Maiden!

Je suis tombé sur une vidéo de Iron Maiden interprétant Phantom of The Opera ce matin et de vieux souvenirs sont revenus sur « l’année où je suis fait virer de mon propre groupe! »

Je venais de quitter ma première formation et un ami m’a appelé pour former un nouveau groupe. Après quelques semaines à auditionner des musiciens, le groupe s’est stabilisé autour de ces quatre gars: Stéphane Baron à la guitare, Martin Grégoire à la basse, Bruno Santerre (je crois …) à la batterie et moi à la guitare et voix. Et je l’ai trouvé un nom: Fire Soul

Nous avons commencé à répéter dans le sous-sol du batteur. Le répertoire s’était métamorphosé depuis mon ancien groupe pour inclure des pièces Heavy Métal très en vogue en cette année 1985. Au menu, des pièces de Motley Crue, Ozzy, Def Leppard, Nazareth (duh!) Et… Iron Maiden. Et c’est à ce moment que tout a déraillé! Je n’arrivais pas à suivre les autres bons musiciens du groupe. En d’autres termes, je ne suis pas assez habile pour jouer ce genre de guitare rapide et furieux.

Donc, ils m’ont foutu à la porte ou, pour être plus précis, m’ont demandé de ne plus revenir! Ils avaient trouvé un remplaçant. Étais-je triste? Franchement, je ne me souviens pas, mais je devais l’être. Après tout, c’est moi qui avait embauché le batteur et bassiste, et nommé le groupe. Je devais en être le leader! LOL

(Je ne me souviens pas si le groupe a duré longtemps après cela, mais pour la petite histoire, ils avaient changé son nom et Martin Grégoire a officié à la basse dans mon groupe suivant en 1989!)

J’ai dû retourner à la maison piteux, honteux, broyé même si j’ai rebondi rapidement. J’étais déjà en train d’écrire mes propres trucs et me préparer à enregistrer ma première démo. Et après un an ou deux, je fus le premier du groupe à jouer de vrais concerts dans les bars.

Donc, dans l’ensemble, ce fut une bonne chose pour moi mais surtout, j’ai appris une bonne leçon: je ne serai jamais un « guitar hero! »

30 ans plus tard, c’est plutôt rigolo de constater que j’ai joué de la guitare, du piano, de la basse, des claviers et chanté sur Origins. L’ironie est que j’ai enregistré de nombreux albums de mes propres compositions et donné des spectacles depuis des années! Pas mal pour un cancre! LOL

***

À 14 heures aujourd’hui, nous reprenons le mix d’Origins. On travaillera sur The Last Battle, la plus longue piste sur l’album!