Riverside – Wasteland (2018) – ★★★★

(Version française sous le texte anglais)

riverside-cover-2018[1]How do you recover from the loss of your best friend, who happens to be the guitarist of your band? You take a step back, you cry, you seek help from friends or your family or professionals, in short, you take your time.

That’s probably what Riverside members did – especially Mariusz Duda. They did not release an album of new compositions since the death of Piotr Grudziński on February 21, 2016. Of course, there was the Eye of the Soundscape album released in the meantime, but this one was about to be completed when the guitarist died suddenly 2½ years ago… And since, the quartet has become a trio (which will be increased in show). So they took the time to conceive an album that is not just a tribute to their lost friend but a real good album.

I was hooked from the start and, like the 17 year old teenager I once was, I listened to it several times for a week. In my opinion this is one of the best Riverside album, if not the best. Nothing less!

We find everything that makes Riverside: a heavy but intelligent rock, lots of rhythm and time signature changes, a succession of very soft moments followed by dense segments, but above all, an abundance of different atmospheres that makes you listen with attention until the last note has been played.

The album opens with Duda’s “celestial” voice on The Day After. The title says it all… Then, slowly, a threatening roar is felt followed by a violin just as threatening. We feel that something will happen and we will not be served a funeral pastoral music… As the voice slowly disappears in the clouds, everything stops dead. Radical change. A guitar riff, the type typically Riverside rolls in. Then everything speeds up to blend into the second song, Acid Rain, with its Gilmour influenced solo. Excellent start!

The third cut, Vale of Tears, which was the first single we heard from the album a few weeks ago and which – I have to admit – left me skeptical then, turns out to be very effective! A succession of rock moments – almost heavy metal – combined with good melodic pop. Military/marching band drums with interesting and great guitars solos complete the whole thing. If you have not been disappointed with Anno Domini’s Egoist Hedonist, with its almost disco feel, you’ll love Vale of Tears! There is even a bit of Rush in there!

What I love about Riverside is the incredible dynamics of its musicians and the variety of atmospheres they create. From one song to another, we are always surprised by the many influences they unveil without being blatant plagiarism. Above all, they are not content with a well-defined style, which is often the case for many bands that stick to what fans expect, but finish-up being redundant and dull.

Thus, Gardian Angel begins with the sound of an almost Baroque guitar before Duda serenades us. A simple piece filled with emotion. Because of the smooth opening of the next track, Lament, one would think it will be the same as the one before but this is not the case. Yes, it starts soft but a minute after, we will be attacked by a violent guitar, we will be moved to the sound of a sweet violin and we will be seized by an almost symphonic section, and then, at the very end, an Arabian violin finale will conclude it all. Dynamic I said? Full!

The mesmerizing The Struggle for Survival follows with its debauchery of syncopated rhythm, different moods (reminiscent of Rush again) and with a touch of Morricone at the very end! Excellent instrumental piece.

With River Down Below, we’re back in the 16th century when the minstrels inhabited the land! Then Wasteland brings us back to The Wall or Jethro Tull with Gilmour on guitar!

The album ends with the sensitive piano driven The Night Before. A last goodbye to a friend, I guess. Sad but beautiful. And it makes you want to listen to the whole album again.

A masterful and diversified tour de force but never outplaying. Just beautiful. Probably the best album I bought this year.

It should be noted that a few guest musicians played on the album but it was mainly Duda who played the guitars. This multi-instrumentalist has many talents Indeed!

———————————–

Comment te remets-tu de la perte de ton meilleur ami, qui se trouve être le guitariste de ta formation? Tu prends un temps de recul, tu pleures, tu vas chercher de l’aide auprès d’amis de ta famille ou de professionnels, bref, tu prends ton temps.

C’est probablement ce qu’on fait les membres de Riverside – et particulièrement Mariusz Duda – qui ne nous ont pas offert un album de nouvelles compositions depuis la mort de Piotr Grudziński le 21 février 2016. Bien sûr, il y a eu l’album Eye of the Soundscape qui est paru dans l’intervalle, mais celui-ci était sur le point d’être complété lorsque le guitariste est mort subitement.

2½ ans ont donc passé… Et d’un quatuor, Riverside est devenu un trio (qui sera augmenté en spectacle). Ils ont donc pris le temps de concocter un album qui ne se veut pas simplement un hommage post mortem mais bel et bien un album qui se tient.

Je fus séduit dès la première écoute et, comme l’adolescent de 17 ans que je fus, je l’ai écouté en boucle pendant une semaine. C’est à mon avis un des meilleurs albums de Riverside, sinon le meilleur. Rien de moins!

On retrouve tout ce qui fait Riverside : un rock lourd mais intelligent, des variations de rythmes et de signatures, une succession de moments intimistes suivis de moments forts denses, mais surtout, une abondance d’ambiances diverses qui fait qu’un album complet ne devient pas lassant.

L’album s’ouvre avec la voix « céleste » de Duda sur The Day After dont le titre dit tout… Puis, peu à peu, un grondement menaçant se fait sentir suivit d’un violon tout aussi menaçant. On sent qu’il se passera quelque chose et qu’on ne nous servira pas une musique pastorale funèbre… Alors que la voix disparait dans les nuages, tout s’arrête net. Changement radical. Un riff de guitare, comme nous en a habitués Riverside surgit. Et tout s’emballe! On est déjà à la deuxième pièce, Acid Rain qui est matinée de solos à la Gilmour. Excellent départ!

La troisième pièce, Vale of Tears, qui avait servie, il y a quelques semaines, d’introduction promotionnelle à l’album et qui m’avait laissé dubitatif alors, s’avère bigrement efficace! Une succession de moments rock – presque heavy metal – et de pop mélodieuse. Une batterie militaire et des solos de guitares forts intéressants et non plaqués complètent le tout. Si vous n’avez pas été déçu de la pièce Egoist Hedonist de l’album Anno Domini, avec ses accents presque disco, vous adorerez Vale of Tears! Il y a même du Rush là-dedans!

Ce que j’adore de Riverside, c’est la dynamique incroyable de ses musiciens et la diversité des ambiances qu’ils créent. D’une pièce à l’autre, on est toujours surpris des nombreuses influences qu’ils dévoilent sans que ce soit du plagiat. Surtout, ils ne se contentent pas d’un style bien défini, ce qui est souvent le cas de bien des formations qui s’en tiennent à ce que les fans s’attendent mais qui, en bout de ligne, assomment par la linéarité de leurs albums.

Ainsi, Gardian Angel débute au son d’une guitare presque baroque avant que Duda nous sérénade. Une pièce simple emplie d’émotion. En raison de l’ouverture tout en douceur de  Lament qui suit, on croirait que ça se poursuivra sous le même thème. Ce n’est pas le cas. Oui, c’est doux mais on nous stupéfiera d’une guitare violente, on nous attendrira au son d’un violon harmonieux et on nous élèvera avec une section presque symphonique, puis, à la toute fin, une finale de violon arabisant conclura le tout. Dynamique disais-je? À plein!

L’hypnotisante The Struggle for Survival suit et nous voilà repartis pour une débauche de rythme syncopés, d’ambiances divergentes qui rappellera encore Rush par moment alors qu’à la toute fin on croirait entendre du Morricone! Excellente pièce instrumentale.

Avec River Down Below, nous voilà de retour au 16ième siècle lorsque les ménestrels peuplaient la terre! Puis Wasteland nous renvoie à The Wall ou Jethro Tull auquel se serait joint Gilmour!

L’album se clôt sur la sensible The Night Before au piano. Un dernier au revoir à un ami partit, j’imagine. Triste mais beau. Et ça donne envie de réécouter l’album en entier.

Un tour de force magistral et diversifié mais jamais cassant. Juste sublime. Probablement le meilleur album que j’ai acheté cette année.

Il est à noter que Riverside s’est adjoint quelques musiciens invités mais que dans l’ensemble, c’est Duda qui a fait les guitares. Ce multi-instrumentiste a du talent à revendre!

Advertisements

ORIGINS : At last! / Enfin!

(Une version française suit le texte anglais)

“At last!” These were the simple words written by our most supportive supporter Marie Spencer who shows Origins’ album cover as her profile pic on Facebook when we announced the album’s release date! I don’t know if she wants to say she’ll be able to put back a picture to her beautiful face for her profile or if she’s really happy she’ll be able to hear the album soon, but I’ll just say one thing: Thank you!

This journey was indeed a long one, to say the least… I started writing this concept piece way back in 1987, believe it or not! Finished in 1992 with new guys on board, we played it in its entirety more than 80 times in the following 4 years! But it took that long to finally record it all. And Existence became a band not a mere concept project.

On September first, we’ll start shipping the double album. In the meantime, we have to finish-up the mastering and complete artwork. In the next few days, we’ll start an ad campaign on Facebook, send emails to the media, upload definitive versions of the songs on Soudcloud, release a new “mashed up” ad video and bombard the social media with our music and words.

But we really rely on you, our diehard fans, to spread the word. Because we don’t have the support or a Major, because we don’t have the money Drake has, because commercial radio won’t play our type of music, because TV shows won’t invite us…

Obviously, we will gladly accept any invitation from bloggers, independent radio shows and other media, or from any other fans who wants to help us just by starting a conversation! We’re open and very easy going guys!

We hope to hear from you all. Do not hesitate to send us your comments. And until then, thank you for your support.

I have to go. So many things still have to be done…

MarieSpencer Enfin

« Enfin! » Ce simple mot fut écrit par Marie Spencer, notre supporter la plus supportrice qui soit, elle qui affiche la pochette de l’album Existence comme photo de son profil Facebook, lorsque nous avons annoncé la date de sortie de l’album! Je ne sais pas si elle signifiait ainsi qu’elle pourrait enfin remettre en place une photo de son joli visage pour identifier son profil ou si elle est vraiment heureuse qu’elle pourra bientôt entendre le résultat de notre travail, mais je ne répondrai qu’une chose : Merci!

Cette aventure fut très longue, en effet, pour ne dire que cela… J’ai commencé à écrire ce projet conceptuel en 1987, croyez-le ou pas! Terminé en 1992 avec l’aide de nouveaux collaborateurs, nous l’avons joué en concert en entier à plus de 80 occasions au cours des quatre années suivantes! Mais il aura fallu tout ce temps pour enfin l’enregistrer en entier. Et Existence devint un groupe et non seulement un projet concept.

Le premier septembre prochain, débutera l’envoi cet album double. Entretemps, nous devons terminer le matriçage et le montage graphique de l’album. Dans les prochains jours, nous lancerons une campagne publicitaire sur Facebook, nous enverrons des courriels aux médias, nous mettrons en ligne des versions définitives des pièces sur Soundcloud et une nouvelle vidéo publicitaire medley, et nous bombarderons les réseaux sociaux avec notre musique et nos mots.

Mais la vérité est que nous avons besoin de vous, nos irréductibles fans, pour propager la nouvelle. Parce que nous ne sommes pas signés à un Major, parce que nous n’avons pas le budget de Drake, parce que la radio commerciale ne joue pas notre type de musique, parce que les émissions de télévision ne nous inviterons pas…

Bien sûr, nous accepterons volontiers toute invitation des blogueurs, émissions de radio at autres médias  indépendants, ou de nos fans qui veulent nous aider simplement en engageant la conversation!

On espère d’avoir de vos nouvelles. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires. Et d’ici là, merci pour votre support.

Je dois y aller. Tant de choses restent à faire…

While I’m mixing ORIGINS / Pendant que je mix ORIGINS

(Une version française suit le texte anglais)

 

When I write a song…

(In reality, I only write the lyrics. It would take me way too long to write every damn note on a scale!)

So… when I compose music I never ask myself if its rock enough or prog or arty or else, if it’s too much of this or too less than that. I don’t wonder about who will like this song but if I like it myself. And if after a week or two I still like what I’ve done, I rework on it to make it a proper song good for a future project.

I like many artists of different genre. I don’t stop at a particular style or the technicality of things.

Of course, I am more attracted to certain types of music and will thus be more inclined to pay attention to an artist rather than another, but I constantly discover artists of other genres who light me up.

Therefore, it’s impossible for me to define THE best group, THE best singer, THE best guitarist, etc. So I find it weird all those “best” charts the media or bloggers publish each year.

What better by what? How can we define the best singer? By his technique? How many octaves he can reach? His ability to sing night after night without losing his/her voice?

And what makes a good musician? His technique? His speed of execution? His emotion?

Céline Dion or Janis Joplin? Geddy Lee or Geezer Butler? Al Di Meola or Steve Hackett? John Bonham or Buddy Rich? Ridiculous comparisons…

In reality, all this is quite subjective. Steve Vai can play everything George Harrison wrote, with a hand in his back. Technically, he is certainly superior. But what about the level of emotion? And composition? Even the “breathing” between notes has its importance…

For my part, there are only two types of musicians: technicians and creators. The former can reproduce everything beautifully but fail to create from a “blank page.”

But of course, the creator needs good technicians!

* * *

I was thinking about this while mixing ORIGINS s. Because, although I do believe in what I have written above, I still have doubts. For one, being up to MY standards. To surpass myself, to reach my ideal of production. To make sure that my compositions sound as I hear them in my head.

And, of course, I’m hoping people will appreciate the result.

So the work continues. Three pieces have been completed since the beginning of the year. I think I have reached my cruising pace and will be able to “deliver” the new Existence album in the spring.

Of course, if I spent 8 hours a day, 7 days a week, things would move faster. But under the circumstances, and considering that this is my first mix totally on my own, I am quite satisfied with my learning curve! And I cannot wait to let you hear this album.

In the meantime, continue to encourage artists of all kinds. We really need your support!

See you soon!

origins-cover

Lorsque j’écris une chanson…

(Pour dire vrai, je n’écris que les paroles. Ça me prendrait une éternité pour écrire chaque maudite note de mes pièces musicales sur des portées!)

Lorsque je compose une pièce musicale, donc, je ne me demande jamais si c’est assez rock ou prog ou arty ou autre, si c’est trop ci ou pas assez ça. Je ne me demande pas qui aimera cette pièce mais je m’assure de l’aimer moi-même. Et si après une ou deux semaines, j’aime toujours ce que j’ai fait, je peaufine pour que ça devienne une réelle pièce destinée à un projet futur.

J’aime une multitude d’artistes de tous genres. Je ne m’arrête pas au style ou la technicité. Bien sûr, je suis plus attiré par certains types de musiques et serai ainsi plus enclin à porter attention à un artiste plutôt qu’un autre, mais je découvre constamment des artistes d’autres genres qui m’allument.

Ainsi, il m’est impossible de définir LE meilleur groupe, LA meilleure chanteuse, LE meilleur guitariste, etc. Je trouve donc bizarre tous ces palmarès des « meilleurs » que les médias ou blogueurs publient chaque fin d’année.

Meilleurs en quoi au fait? Comment peut-on définir le meilleur chanteur? Par sa technique? Le nombre d’octaves qu’il peut atteindre? Sa capacité à chanter des soirs d’affilée?

Et qu’est-ce qui fait un bon musicien? Sa technique? Sa rapidité d’exécution? Son émotion?

Céline Dion ou Janis Joplin? Geddy Lee ou Geezer Butler? Al Di Meola ou Steve Hackett? John Bonham ou Buddy Rich? Ridicules comparaisons…

En réalité, tout ça est assez subjectif. Steve Vai peut jouer tout ce que George Harrison a écrit, et ce, avec une main dans le dos. Techniquement, il est assurément supérieur. Mais qu’en est-il au niveau de l’émotion? Et de la composition? Même le « souffle » entre les notes a son importance…

Pour ma part, il n’y a que deux types de musiciens : les techniciens et les créateurs. Les premiers peuvent tout reproduire à merveille mais ne réussissent pas à créer à partir d’une « page blanche. »

Mais évidemment, le créateur a besoin de bons techniciens!

* * *

Je pensais à ça en mixant les pièces d’ORIGINS. Parce que, même si je crois ce que j’ai écrit ci-dessus, j’ai tout de même toujours un doute. Celui d’être à la hauteur de MON standard. De me dépasser, d’atteindre mon idéal de production. De m’assurer que mes compositions sonnent comme je les entends dans ma tête.

Et, bien sûr, que les gens apprécient le résultat.

Le travail se poursuit donc. Trois pièces ont été complétées depuis le début de l’année. Je crois avoir atteint mon rythme de croisière et réussir à « livrer » le nouvel album d’Existence au printemps.

Bien sûr, si j’y consacrais 8 heures par jours, 7 jours sur 7, les choses avanceraient plus rapidement. Mais dans les circonstances, et considérant que c’est mon premier mix effectué en solo, je suis assez satisfait de ma courbe d’apprentissage! Et j’ai très hâte de vous faire découvrir cet album.

En attendant, continuez d’encourager les artistes de tout genre. On a vraiment besoin de votre support!

À bientôt!

The official Origins sleeve / La pochette officielle d’Origins

origins-cover

(Une version française suit le texte anglais)

 

Time flies… I first announced Existence would come back with a new album way back in 2010! It was very difficult to have everyone commit to this comeback for years mainly because of scheduling conflicts but the project was then made official in… 2013…

I had already started recording the piano tracks at home and we first met in November of that year to start rehearsing some tracks. But things really got underway when Gérard started his drums arrangements in 2014. And it took another 2 years to get to this point!

Unbelievable…

Needless to say many things changed during this long period. Ideas were bouncing left and right starting with the decision to rerecord the first album to present the complete original Existence concept as a double album.

Many things changed, including the cover art. I had drawn the “red” cover way back in 2013 and liked it very much. But Gérard, the ever obsessed one with graphic art (!) never liked it. He though my lettering looked like intertwined fish bones! He kept asking me if this cover would be the official one and I believe it must have got on to me because I decided to work one something else…

The idea behind it was to have an old look since it’s THE project that started it all in 1992. I played with different styles and came to the conclusion that Existence has been there a long time and might be rusted if not forgotten… like an old abandoned building. Positive thought, isn’t it? LOL And since Krissy, the main character in this story, hangs out in such a building to take drugs with friends, it did fit in with the whole concept.

So, after months of work, here it is. The official artwork for the new album, Origins.

I hope you – and Gérard! – like it.


 

Le temps passe si vite… J’ai annoncé le retour d’Existence avec un nouvel album dès 2010! Ce fut très difficile d’attacher les autres à ce projet en raison de conflits d’horaires mais le projet s’est finalement concrétisé en… 2013…

J’avais déjà entrepris l’enregistrement des pistes de piano à la maison et on s’est réunis une première fois en novembre de cette année-là afin de répéter quelques pièces. Mais les choses ont vraiment commencé à se mettre en place lorsque Gérard a débuté ses arrangements de batterie en 2014. Et 2 années se sont écoulées pour se rendre à ce point-ci!

Incroyable…

Inutile de préciser que beaucoup de choses ont changé depuis. Les idées se sont échangées à gauche et à droite, en commençant par la décision de réenregistrer le premier album afin de présenter le tout premier concept d’Existence en entier dans un album double.

Beaucoup de choses ont changé incluant le graphisme de la pochette. J’avais dessiné la pochette « rouge » dès 2013 et je la trouvais franchement chouette. Mais Gérard, cet obsédé du graphisme (!) ne l’a jamais aimé. Il trouvait que mon lettrage resemblait à des arrêtes de poisson entrelacés! Il ne ratait pas une minute pour me demander si ce dessin serait la pochette officielle. Ce harcèlement a dû m’influencer un brin puisque j’ai commencé à travailler sur une autre image…

L’idée derrière était d’avoir une image « défraichie » puisque c’est LE projet qui a tout déclenché en 1992. J’ai donc jonglé avec divers styles et j’en suis venu à la conclusion qu’Existence ayant démarré in y a longtemps, devait être rouillé et peut-être même oublié… comme un vieil édifice abandonné. Pensée très positive, n’est-ce pas? LOL Et puisque Krissy, le personnage central de cette histoire, se réfugie dans un édifice de la sorte pour se droguer avec ses amis, l’idée se marie bien au concept.

Donc, après des mois de travail, la voici. La pochette officielle de l’album Origins.

J’espère que vous – et Gérard! – l’aimerez!

The Origins journey; Last video / L’aventure Origins; Dernière vidéo

(Une version française suit le texte anglais)

 

This last Sunday, September 11, 2016 marked the end of the recordings for the album Origins. Actually, not quite … We still have to add a few things but overall, this is it. And begins the mix, a crucial step if there is one …

This week, Jean-Guy will begin to “organize and clean” each track, which is to ensure that there are no strange noises between tracks (involuntary stick hits, cough, chair noise or other string “scratching” before or after a recorded line, not to mention inappropriate chats captured without our knowledge!), will make an adjustment of frequencies and a preliminary balance of instruments. For your info, the drums alone take up about ten tracks that we must check one by one.

Then we begin the actual mix. This when we decide on the effects to add and on the final balance of instruments.

So here is a video of our last records. This session was actually filmed on the 27 and 28 of August but I decided to re-record my voice for 3 songs later. I also added some guitars here and there, what is so called “overdubs.” These last recording days were not filmed because I sincerely believed we showed it all already! In my opinion, watching a guy playing the guitar or singing snippets of songs in the studio for the hundredth time would become redundant!

I admit that I even hesitated to present this latest video… To watch (and hear…) myself sing does on me the thing as if it was a video of me completely naked! I actually feel naked but … That’s the guy who stubbornly continues to sing anyway! I hope you enjoy it, or at least have a laugh!

So, there will be no more videos of this “adventure” uploaded but I will continue to give you my impressions and to inform you of the progress of our work in this blog.

Feel free to share. We still need your support!

See you soon.

 

Ce dimanche 11 septembre 2016 a marqué la fin des enregistrements pour l’album Origins. En réalité, pas tout à fait… Il reste quelques petits trucs à ajouter mais dans l’ensemble, ça y est, on a terminé. Et débute le mix, une étape cruciale, s’il en est une…

Cette semaine, Jean-Guy commencera à « organiser et nettoyer » chaque piste, ce qui consiste à s’assurer qu’il n’y a pas de bruits bizarres entre les pistes (coups de baguettes, toussotement, bruits de chaise ou autres accrochage de cordes avant ou après une ligne enregistrées, sans oublier des propos inappropriés captés à notre insu!), fera un ajustement des fréquences et une balance préliminaire des instruments. Pour votre info, à elle seule, la batterie accapare une dizaine de pistes qu’on doit vérifier une à une.

On passera ensuite au mix réel ou on ajoute les effets et décidons de la balance finale pour chacun des instruments.

Je vous présente donc une dernière vidéo de nos enregistrements. Cette session fut capté les 27 et 28 août dernier mais j’ai décidé de réenregistrer ma voix sur 3 pièces par la suite en plus d’ajouter quelques guitares ici et la`, ce qu’on appelle des « overdubs. » Ces dernières journées d’enregistrement n’ont pas été filmées parce que je croyais sincèrement avoir déjà fait le tour du jardin! Revoir pour la centième fois un gars gratter de la guitare ou chanter des bouts de chansons en studio serait devenu redondant à mon avis!

Je dirais même que j’ai hésité à présenter cette dernière vidéo… Me voir chanter me fait le même effet que si on présentait une vidéo de moi complètement nu! Je me sens effectivement à nu mais bon… Voilà ce qu’a l’air un gars qui persiste à chanter malgré tout! J’espère que vous aimerez ou, à tout le moins, rigolerez un brin!

Il n’y aura donc plus de vidéos publiées de cette « aventure » mais je continuerai à vous donner mes impressions et à vous informer de l’avancement de notre travail par le biais de ce blogue.

N’hésitez pas à partager. Nous avons toujours besoin de votre support!

À bientôt.

The Origins journey; The Last Battle / L’aventure Origins; The Last Battle

(Une version française suit le texte anglais)

 

The Last Battle was composed in 1991 from a totally spontaneous piano recording made one winter morning, two years earlier. This tape had a duration of about 45 minutes, the length of a 90-minute tape cassette side. This piece which became a “classic” of our repertoire asked more than 10 weeks of work from Eric Pilon and myself to make the whole thing something of interest.

Played at all of our shows since there is only one other guitarist who has captured the subtlety of emotions conveyed by this piece and his name is Gaston Gagnon. Perhaps due to the recorded live version which appeared on the album Live In Montreal in 2014, and probably due to the interaction between François Beaugard’s violin and Gaston’s hyper-melodic guitar, this version has become THE official version.

Gaston contributed to Small People, Short Story, Little Crime in 1999 and played live with Existence at every show since but he was unable to join us for the present recordings. I will not disclose here the reasons for his absence out of respect for my old friend. But I will only add that we even postponed the recordings of this album for two years to allow him more time to join us but life decided otherwise.

Nevertheless, I wanted him to play on The Last Battle, and he promised to do everything to participate.

The recording was made last weekend (13 and 14 August). For a little over 9 hours, he recorded all the tracks of this very complex piece of music with its tens of tones, tempo & chords changes and other difficulties. He rose to the challenge brilliantly (he had not played this piece for almost 10 years!) and the result is frankly amazing!

Thank you Gaston Gagnon for your talent and your friendship.

 

 

The Last Battle a été composée en 1991 à partir d’un enregistrement de piano effectué de façon totalement spontanée un matin d’hiver, deux ans plus tôt. Cet enregistrement avait une durée d’environ 45 minutes, soit la longueur d’un côté de ruban de cassette de 90 minutes. Cette pièce qui devint un « classique » de notre répertoire demandât plus de 10 semaines de travail à Éric Pilon et moi pour en faire un tout intéressant.

Jouée à tous nos spectacles depuis, il n’y a qu’un autre guitariste qui a su saisir la subtilité des émotions véhiculées par cette pièce et il se nomme Gaston Gagnon. Peut-être en raison de la version enregistrée en spectacle et parue sur le Live In Montreal en 2014, et sûrement en raison de l’interaction entre le violon de François Beaugard et la guitare hyper-mélodique de Gaston, cette version est devenue LA version officielle.

Gaston a participé à l’enregistrement de Small People, Short Story, Little Crime en 1999 et fut de tous les spectacles d’Existence depuis mais il n’a pu, cette fois-ci, collaborer aux enregistrements du nouvel album d’Existence, et ce pour des raisons personnelles sur lesquelles je ne m’étendrai pas par respect pour mon vieil ami. Nous aurions voulu qu’il soit des nôtres et nous avons même repoussé de deux ans l’enregistrement d’Origins afin de lui permettre d’y participer mais la vie en a décidé autrement.

Qu’à cela ne tienne, je tenais à ce qu’il soit le guitariste de The Last Battle et il m’avait promis de tout faire pour y participer.

L’enregistrement fut fait le weekend dernier (13 et 14 août). Pendant un peu plus de 9 heures, il a enregistré toutes les pistes de la pièce qui recèle des dizaines de changements de tonalités, de tempo, d’accords et autres difficultés. Il a relevé le défi avec brio (il n’avait pas joué cette pièce depuis près de 10 ans!) et le résultat est franchement époustouflant!

Merci Gaston Gagnon, pour ton talent et ton amitié.

The Origins journey; We’re getting there! / L’aventure Origins; On y arrive!

(Une version française suit le texte anglais)

I was so thrilled to see François Beaugard take over the recording duties these last 2 weeks. I thought: “Great! I’ll be on vacation! Nothing else to do but watch him play!”

I couldn’t have been more wrong! I actually felt more tired when we finished each session than when I play myself! Why is that? I can explain it but probably because the “producer” duties are very demanding. You get the constant questions: “Do you like it? Is it what you want? Am I on the right track? A bit more? A bit less? Will it fit when mixed with the rest? Etc. Etc.”

Every minute, I have to think of the answer. At time one can lose track, tired of listening to the same thing over and over again. Wondering if indeed this or that line serves the song. Or if this line is good enough or we should try another one.

This being said, I have the privilege to play with one of the best musician I have ever met. François Beaugard can play anything and everything. He might be objecting he can’t do it but at the end of the day he delivers one great line after the other.

And on week 9 he delivered one performance that sent shivers down my spine! You can hear parts of it in the video but you will really experience the whole emotion when the album is finished.

The funny thing is that we asked him to play the line several times but after an hour of this, we couldn’t say which was better! We actually had to choose between one very good take and the other wonderful one!

OK! Enough of the flattery! François Beaugard is human and being so has flaws I will reveal here: like many musicians he thinks a can do it every time in one take. We do have to remind him at times he can do better. But he can take a joke and we don’t miss a beat teasing him!

This explains why I have been playing with François for the last 30 years. He is not only my friend, he’s a brother. But as such can be such a pain in the… J

 —

Hey! As I finish writing this, we’re already in our 10th week of recording. I’ll return on guitar for 3 songs this week. Soft picking for Last Dance With Happiness and lead guitar for 2 other songs. It will then be finished for the instrument except for one song: The Last Battle. And for this one, we’re waiting for another good friend to contribute…

What’s next after? Voices… My “bête noire…” But this time around and for the first time in Existence’s history, someone else will contribute great vocals! Stay tuned for all the details!

J’étais si heureux de voir François Beaugard prendre la relève en studio ces 2 dernières semaines. Je me suis dit: “Merveilleux! Je serai en vacances! Rien d’autre à faire d’autre que le regarder jouer! ”

Je ne pouvais être plus à côté de la plaque! En fait, j’étais plus épuisé après chaque séance que quand je joue moi-même! Pourquoi donc? Je ne peux l’expliquer, mais probablement parce que le travail de “producteur” est très exigeant. On doit répondre aux questions incessantes telles que: «Tu aimes ça? Est-ce que c’est ce que tu veux? Suis-je sur la bonne voie? Un peu plus? Un peu moins? Cela conviendra-t-il lorsque mixé avec le reste? Etc. Etc. ”

Je dois penser à la réponse à chaque instant. Il est facile de perdre le focus lorsqu’on est fatigué et qu’on entend la même chose encore et encore. On se demande alors si effectivement telle ou telle ligne dessert la chanson. Ou si cette ligne est assez bonne ou si nous devrions en essayer une autre.

Ceci dit, j’ai le privilège de jouer avec l’un des meilleurs musiciens que je connaisse. François Beaugard peut jouer tout ce qu’on lui demande. Il s’objecte qu’il est incapable de faire mieux mais à la fin de la journée, il livre la marchandise avec brio.

Et à la neuvième semaine, il nous a fait une performance bouleversante d’émotions! Vous pouvez entendre une courte section de celle-ci dans la vidéo, mais vous pourrez réellement vivre cette émotion lorsque l’album sera terminé.

L’ironie est que nous lui avons demandé de jouer la ligne plusieurs fois, mais après une heure de cela, nous ne pouvions pas dire laquelle était meilleure! Nous avons dû choisir entre une très bonne prise et une très bonne prise!

OK! Assez de la flatterie! François Beaugard est humain et possède aussi des défauts. J’en dévoile un ici: comme beaucoup de musiciens, il croit pouvoir tout enregistrer en une seule prise. Nous devons donc parfois lui rappeler qu’il peut faire mieux. Mais il a un grand sens de l’humour et on ne se prive pas pour lui lancer des vacheries!

Cela explique pourquoi je joue avec François depuis 30 ans. Il est non seulement mon ami, il est un frère. Mais en tant que tel, il peut aussi être un sérieux emmerdeur… J

Hey! Au moment d’écrire ces lignes, nous en sommes déjà à notre 10e semaine d’enregistrement. Je dois encore enregistrer de la guitare pour 3 chansons cette semaine, incluant une section douce (finger picking) pour Last Dance With Happiness et de la guitare solo pour 2 autres chansons. Nous aurons alors terminé l’enregistrement des instruments sauf pour une chanson: The Last Battle. Et pour celle-ci, nous attendons la contribution d’un autre bon ami…

Et après, quelle sera la prochaine étape? Les voix … Ma “bête noire…” Mais cette fois-ci et pour la première fois dans l’histoire d’Existence, quelqu’un d’autre contribuera aux voix! Restez à l’écoute pour tous les détails!